Ludwiblog

20/02/2010 - Trebber s'est suicidé en prison

Le principal suspect dans le double meurtre de Géraldine Girault et de Katia Lherbier a mis fin à ses jours en prison. Il est donc mort innocent et la procédure à son encontre est éteinte. Cela ne vous rappelle rien ?

Il y a quelques années, l’adjudant Chanal, sur le point d’être jugé pour la série des disparitions de Mourmelon et autres faits qui l’avaient fait lourdement soupçonner dans cette affaire mémorable et interminable, Chanal donc, s’était lui aussi suicidé en prison. Mort innocent. Je suis d’autant plus sensible à ce premier suicide (et donc, par ricochet, à celui de Trebber), que je connais personnellement le frère d’une des victimes, dont la peine (quand ce frère apparaît encore dans les documentaires consacrés à l’affaire), me touche ; par ailleurs le jeune frère disparu à l’époque était à Mourmelon dans le cadre d’une campagne de lancements de fusées organisée par une association qui m’est chère…

L’action menée par les familles des victimes pour que ces disparitions soient considérées comme criminelles et non comme des désertions (impossible pour le jeune homme dont je parle et qui était civil), pour que de vraies enquêtes soient menées, pour que les média s’en emparent etc. est exemplaire. On peut en retrouver le compte rendu ainsi que les désolantes réponses des services de l’état, sur un site : http://www.disparusdemourmelon.org/ dont le contenu est édifiant, y compris par les maladresses qu’on y trouve et qui témoignent de la sincérité des rédacteurs.

Des avertissements y sont visibles, en toutes lettres : des erreurs comme celles de l’affaire de Mourmelon se reproduiront, tous les éléments sont en place, y affirme-t-on ; ce qui vient de se passer en est l’exacte démonstration.

Entre-temps, il y a eu Outreau, où la justice a péché par excès et non par défaut, mais où elle s’est montrée pareillement sourde et aveugle. Dans les deux cas, il semble qu’un parti pris de départ (à Mourmelon, les disparus étaient « tous déserteurs », à Outreau, tous les dires des enfants étaient vrais), n’ait jamais pu être remis en cause jusqu’à ce que la catastrophe finale se concrétise : à Mourmelon, des morts en série qui auraient pu être évitées et pour finir un non-lieu. A Outreau, des vies brisées, une justice ridiculisée.

Dans l’affaire Girault-Lherbier, rien de tel. Non, juste le fait qu’encore une fois, un suspect d’assassinat a eu tout loisir pour se supprimer dans le lieu même qui doit garantir sa sécurité et sa livraison sain et sauf au procès. Pour les victimes, c’est intolérable. Mais, n’est-ce pas, la justice ne travaille pas pour les victimes… Soit.

Cependant, dans des cas aussi tragiques, les suicides en prison sont intolérables pour la société tout entière. Nous devons, tous ensemble, exiger que la sécurité des accusés dans les procès d’assises, soit assurée par tous les moyens. Le risque zéro n’existe peut-être pas, mais là, avec ces deux suicides médiatiques en quelques années, nous en sommes à mille lieues. Tout meurtrier peut désormais se dire que, si d’aventure il est confondu, il pourra toujours se suicider en prison pour éviter d’être jugé.

Je n’aime pas cette perspective.

Et je n’arrive pas à m’empêcher de penser que si une réforme était urgente, ce n’était sans doute pas celle de la carte judiciaire, dont on ne voit guère comment elle pourrait éviter que les suspects ne se suicident en prison, mais d’autres dont l’urgence semble crever les yeux de tout citoyen mais pas ceux des responsables gouvernementaux.

Et j’en dirais autant s’ils étaient de gauche. Ce n’est pas une question de politique mais de philosophie. Le sort que l’on réserve aux criminels est un des plus sûrs baromètres de la santé morale d’une société.

Eh bien chez nous, c’est pas brillant.

Ludwig


22/02/2010 -

Posté par Pascal
Il y a eu aussi l'auteur de la fusillade de Nanterre, qui lui n'a même pas attendu la prison, il a réussi à se suicider dès le début de sa garde à vue...
Lien Permanent

23/02/2010 -

Posté par Anonymous
C'est exact Pascal, ce "détail" m'avait échappé.
Quand est-ce qu'on te revoit SLT ? J'ai plein de boîtes de diapos pleines de photos de la réunion sur une étagère...
(sifflotement)
Bises
L
Lien Permanent

<- Page Précédente :: Page Suivante ->

Qui suis-je?

Ludwiblog publie les lundis et jeudis, depuis l'éditorial jusqu'à la fiction,en une page A4 maximum. Parfois même quelques vers. Exercice d'écriture, humour, confrontation aux regards, échanges d'idées, d'indignations et de sourires.

Amis

· BizigDu
· grossabots
· ben
· seve
· lami
· Ahaw
· Stainct
· REBRAB
· 17h27
· nox
· luisa
· mwarf