Ludwiblog

28/03/2013 - La Clepsydre marine 3

III





Au jour de ses seize ans Edmond a été vêtu de neuf par son père. Le valet noir lui a donné un bain et l'a aidé pour endosser ses nouveaux effets, puis le garçon a suivi à pied la chaise du maître jusqu'au siège de sa compagnie, en vue des flèches de la cathédrale et juste face au port.

De la pièce où travaille son père, qui ici n'est plus le maître mais le patron, une fenêtre donne sur la rive gauche de la Garonne qui semble bleue derrière les vitraux colorés alors qu'elle est grise le plus souvent et jaune d'ocre après les gros orages d'été.

Une grande table fait face à cette fenêtre et dans un angle sombre, dos à celle-ci, une autre plus petite accueille le nouveau venu, le fils qui doit dans ce recoin tout apprendre du métier de négociant. Il va devoir dans cette pièce, puis bientôt dans une autre où son père le mettra, appliquer l'arithmétique que son professeur lui a si bien apprise et Rabelais ni Vitruve ne lui seront ici d'aucun secours.

Son père et employeur lui sert une rémunération égale à celle qu'il donnait au précepteur augmentée de celle de la gouvernante, et Edmond en palpant cette première bourse le sixième jour, se rend compte à quel point ces gens étaient petitement payés de leur service, si peu contraignant qu'il fût. Encore, au bout du premier mois son père lui réclame-t-il le prix de sa pension, et Edmond déjà désappointé d'un si piètre salaire doit en retourner la moitié à celui de qui il le tient. Le jeune homme s'en offusque d'abord sans en montrer rien car il lui en cuirait, mais après réflexion il trouve ce marché, quoique imposé, assez juste.

Sur sa table de travail il a fait poser un globe terrestre et lorsqu'il en a assez des chiffres, il contemple le monde. Son esprit peine à concevoir que l'interminable voyage qu'il a fait étant enfant, après que son père eut vendu les terres du Dauphiné pour venir s'installer à Bordeaux, que ce voyage donc représente en vérité une distance si courte sur le globe que l'épaisseur d'un doigt suffit pour la recouvrir deux fois.

Un jour il s'amuse à reconstituer le chemin parcouru par le domestique noir de son père. Dieu sait de quel point d'Afrique celui-ci est parti ; Edmond a entendu parler du fleuve Sénégal et prend au hasard son estuaire comme départ. Pour le reste il sait où sont Boston et Bordeaux ; le tout ramené à une ligne droite correspond à peu près à la troisième partie de la circonférence complète, une distance dont Edmond n'a guère d'idée s’il faut l’exprimer en lieues mais qu'il se promet de connaître bientôt, quand même il faudrait écrire à ce précepteur dont Père a bien dû conserver l'attache.

Le royaume de France, dit-on, mesure trois cents lieues du nord au sud mais les guerres en modifient si souvent les frontières qu'il est plus sage de s'intéresser aux dimensions du monde que Dieu fit, qu'à celles des pays, imprécises et changeantes et qui ne procèdent que des vanités des rois et de la puissance de leur armée. Ces dimensions du monde sont forcément connues car sinon, Dieu aurait-il donné aux hommes les mathématiques et le télescope en sus du don de parole et de la foi en Lui ?

Edmond en jurerait, s'il le pouvait le domestique regagnerait l'Afrique à la première occasion. Voyager n'est donc un gage ni de richesse ni de bonheur quand on n'est pas maître du voyage qu'on fait et s'il faut rechercher l'un ou l'autre, il se trouve certainement de bien meilleurs moyens. D'ailleurs son propre sort à lui en est la confirmation, même si la Haute-Durance n'est pas le Sénégal ni Gap la Nouvelle-Angleterre.

Le précepteur veut bien répondre à son ancien élève que la Terre mesure dans son diamètre quelque trois mille lieues et que cette mesure est connue depuis Ératosthène, ajoute qu'il est prêt à donner quelques leçons du soir à des étudiants adultes et pourquoi pas à un valet d'Afrique parlant un peu français ; il prie Edmond de transmette l'expression de son plus profond respect à Monsieur son père. Edmond exécute ce souhait le jour-même sans arrière-pensée et le père plus indifférent qu'occupé ne répond rien. Edmond calcule, et s'en étonne, que le Noir a vu trois continents et parcouru quatre mille lieues au moins.

Quant aux leçons du soir pour lui, on verra bien plus tard, la vie est longue.


<- Page Précédente :: Page Suivante ->

Qui suis-je?

Ludwiblog publie les lundis et jeudis, depuis l'éditorial jusqu'à la fiction,en une page A4 maximum. Parfois même quelques vers. Exercice d'écriture, humour, confrontation aux regards, échanges d'idées, d'indignations et de sourires.

Amis

· BizigDu
· grossabots
· ben
· seve
· lami
· Ahaw
· Stainct
· REBRAB
· 17h27
· nox
· luisa
· mwarf