Ludwiblog

18/04/2013 - La Clepsydre marine 20

XX




Edmond a circonvenu son père avec adresse et lorsqu'il passe devant un miroir, il peut se dire que le jeune homme qui le regarde est un bien habile négociant. Quoi, n'a-t-il pas promis à son père de le dédommager avec son propre argent ? Il a pris l'initiative de faire préparer un contrat et celui-ci stipule que sur les deux mille écus prêtés, il ne sera question d'intérêt que si l'affaire ne rend rien. À l'encontre, si après une année l'entreprise d'Edmond procure des bénéfices, ceux-ci seront versés à Père durant trois ans à hauteur d'une livre pour chaque écu produit.

Ainsi, il suffira de faire en sorte que les bénéfices des trois premières années ne dépassent pas trois cents écus : on en versera un tiers à Père, c'est-à-dire bien moins que l'intérêt qu'on aurait pu lui rendre ; dès la quatrième année les bénéfices pourront s'envoler : sa dette remboursée Edmond ne versera plus rien. Et pour ce qui est du « dédommagement », il s'est bien promis mais cette fois sans l'écrire, d'en défalquer sa pension, que son père une fois Edmond parti n'aura plus à assumer.

Entre-temps, il a fini par comprendre pourquoi son précepteur, qui continue avec fatalisme et constance à transformer en chronique les souvenirs d'Afrique de Chrétien, est toujours si mal vêtu. La longue figure lui a révélé un jour sur le ton de la confession qu'ayant quelque somme déposée chez un prêteur, celui-ci avait vendu son affaire sans crier gare en emportant ses registres et sans doute aussi l'argent ; qu'à l'heure présente il est sans nouvelles de l'usurier et vit petitement de ses « pauvres » leçons.

Edmond, l'esprit soudain lourd d’un pénible soupçon, s'est enquis de l'adresse de l'usurier, ce qui a confirmé sa crainte : cet usurier est bien le même que celui qu'il a forcé à faire banqueroute pour le racheter. Que le professeur revînt une seule fois à l'échoppe, il trouverait derrière la vitre le domestique Africain à qui il donne leçons cinq fois par semaine !

Edmond promet de faire rechercher l'usurier. De fait, il se rend bientôt chez un procureur ami de son père qui accepte de lancer sur la piste du fuyard une escouade d'exempts munis de sa description.

L’affaire va vite : alors que Père vient de lui accorder crédit pour six mille livres, Edmond reçoit la nouvelle que les exempts ont retrouvé son usurier caché quelque-part dans Bordeaux, et qu'ils le tiennent à sa disposition au poste. Il l'y retrouve aussitôt et peine à le reconnaître. Livide et squelettique, l'homme lui avoue qu'en effet, il a disparu emportant non seulement les mille cinq cents livres de la vente de l'affaire, mais encore les dépôts d'une partie de ses clients. Il a remboursé ceux qui ont retrouvé sa trace avec l'argent de ceux qui l'ont perdue, mais son magot épuisé, depuis deux ans il ne vit que de petites tâches au jour le jour – car on ne confie pas de travail à un juif – et de la vente progressive de ses meubles ; lorsque cela même lui fait défaut, il mendie sa pitance en se garant des archers.

Edmond rit un peu et prétend sauver le pauvre homme une seconde fois.

  • Je t'ai pris en amitié et ne veux pas qu'un bienfait de ma part reste jamais sans suite. Accepte ce que j'ai à te proposer et tu n'auras plus dorénavant à craindre ni les archers du mendiant ni les poursuites des procureurs de Bordeaux. Combien dois-tu au professeur ?

  • Je ne le sais plus exactement, mais pas beaucoup moins de deux mille livres.

  • Je te les prête au denier cinq.

  • Mais comment vous les rendrai-je sans parler de cet intérêt exorbitant ?

  • Mon intérêt exorbitant te fait dire qu'il est encore de trois quarts plus petit que celui que tu exigeais des malheureux qui t'empruntaient... Mais passons. À compter de lundi en huit, tu es mon secrétaire et valet de pied. Je pars en voyage pour une affaire et t'emmène. Pendant six mois je te loge et nourris. L'affaire faite, je te la confie et tu la fais travailler assez pour me rembourser et au-delà, intérêt compris, sous un an.


Ledit secrétaire et valet n'a plus qu'à faire emplette du nécessaire de son nouveau maître ; le voilà doté d'un emploi pour six mois. Il a bien essayé d'évoquer les samedis de shabbat, mais Edmond a éclaté de rire.

Quant au professeur, il a retrouvé en débordant de gratitude ses deux mille livres et s'est engagé à rédiger gratuitement, jusqu'à la fin, les chroniques de « l'histoire d'un peuple nègre ».



<- Page Précédente :: Page Suivante ->

Qui suis-je?

Ludwiblog publie les lundis et jeudis, depuis l'éditorial jusqu'à la fiction,en une page A4 maximum. Parfois même quelques vers. Exercice d'écriture, humour, confrontation aux regards, échanges d'idées, d'indignations et de sourires.

Amis

· BizigDu
· grossabots
· ben
· seve
· lami
· Ahaw
· Stainct
· REBRAB
· 17h27
· nox
· luisa
· mwarf