Ludwiblog

19/04/2013 - La Clepsydre marine 21

XXI




« Pourquoi donc, à ton âge, n'as-tu pas encore pris femme ? demande l'aumônier à son ouaille. À vingt-cinq ans, tous les jeunes gens point trop contrefaits sont mariés, même ceux dont la fortune tient au creux des deux mains. Mais pas toi. »

Edmond entend cela chaque année depuis ses dix-huit ans. Au début il a répondu qu'il était trop jeune ce qui était vrai, puis que les affaires de Monsieur son père l'accaparaient par trop, ce qui était vrai ; deux ans plus tôt il a argué de n'avoir pas encore rencontré de jeune fille dont l'union lui parût enviable, ce qui était vrai ; l'an passé il n'avait su que répéter cette raison sans en trouver de meilleure.

Père, de son côté, lui a fait entendre la même chose : les bons partis ne manquent pas à Bordeaux, qu'ils soient de familles marchandes ou de magistrats, et même il se trouverait dans le duché encore assez de filles de bons tenanciers qui, pour n'avoir pas les manières de la ville, n'en tiennent pas moins de leur père des espérances considérables. Edmond en convient, car sur ce point il convient de tout, tant avec son père qu'avec son confesseur. Il s'efforce même de les rassurer l'un et l'autre, dit que dans sa position on ne saurait se mettre en ménage avant de mener pour soi-même un train convenable, et qu'il ferait injure à l’œuvre entier de son père s'il mariait une fille de famille pour la faire demeurer sur le port comme n’importe quelle femme de marin.

À ce dernier argument, Père n'a rien trouvé à répondre.

Mais Edmond sait qu'il n'est pas bon pour un jeune homme de rester garçon trop longtemps et qu'à force, lorsqu'il se déciderait les bons partis ne se présenteraient plus. À cette pensée il se dit parfois « Qu'importe ? », certain que l'on vit très bien sans anneau à son doigt pour peu qu'on puisse de temps en temps honorer une ribaude. Mais à d'autres moment il se rappelle que le bourgeois de Bordeaux, comme sans doute celui de Toulouse ou de Nantes et peut-être même de Paris, n'aime rien tant que fréquenter ses pairs et que si l'un d'eux persiste à n'avoir ni femme ni enfant, il pourrait bien finir par être ignoré comme paria.

Mais ce qui le fait réfléchir encore davantage est l'obligation que lui fait l'église de fonder un foyer chrétien, obligation qu'il connaît parfaitement par son catéchisme mais que l'aumônier lui ressasse inutilement.

Cette année il a rappelé au prêtre qu'il était sur le pied d'un long voyage d'affaires et que tout projet de mariage ne pourrait qu'être différé après son retour, soit six mois plus tard pour le moins. À Claret-Villard il ajoute avec malice qu'il peut bien, lui son père, profiter de ces six mois pour lui chercher et trouver qui sait, une future parmi toutes les familles cossues habitant autour de Saint-Jean. À ce persiflage Edmond attend soit une réponse brutale soit aucune, mais pas à celle que lui fait pourtant son père :

  • S'il fallait m'inquiéter d'une épouse, crois-tu donc que c'est tout en premier pour toi que je penserais à la chercher ?


Les pensées diverses et déplaisantes qui suivent cette apostrophe emplissent la journée d'Edmond et une partie de la nuit qui suit. D'abord il s'en veut presque d'avoir provoqué la mauvaise humeur de son père sur un sujet qui les touche au cœur tous les deux ; ce remords ne dure pas mais Edmond se promet quand même d'éviter à l'avenir de susciter aucune amertume chez une personne qui lui prête six mille livres.

Un autre que lui aurait accepté pour épouse quelque jeune fille que son père lui aurait présentée accompagnée d'une dot alléchante. Mais lui, Edmond, est convaincu qu'à marier les opulences entre elles dans un cercle aussi étroit qu'une ville de province, on finit par les assécher toutes. Et il garde prudemment pour lui le plus fort de ses arguments : s'il doit comme il l'espère assurer sa fortune et celle de ses descendants à hauteur de dix fois ce que son père a fait pour lui, il veut ne le devoir qu'à lui seul et non pour partie au beau mariage qu'il pourrait faire.


Au début juin, il sera en route pour les Alpes et toute autre question attendra.



<- Page Précédente :: Page Suivante ->

Qui suis-je?

Ludwiblog publie les lundis et jeudis, depuis l'éditorial jusqu'à la fiction,en une page A4 maximum. Parfois même quelques vers. Exercice d'écriture, humour, confrontation aux regards, échanges d'idées, d'indignations et de sourires.

Amis

· BizigDu
· grossabots
· ben
· seve
· lami
· Ahaw
· Stainct
· REBRAB
· 17h27
· nox
· luisa
· mwarf